ELMER FOOD BEAT

Samedi 22 avril 2016 (21:30)

Ouverture des portes à 21:00

melrose Copie

présente

ELMER FOOD BEAT

+ première partie : GWENC’HAL BZH

Concert « debout »

 EFB Richard Bellia © haute def

Comme les rois mages en Galilée, les 5 garçons élégants et raffinés d’Elmer Food Beat manient le bâton du berger avec une gourmandise non usurpée.
Ils balisent notre imaginaire canaille depuis 1986, année de la création du gang à Nantes.

Adeptes du sexe sans complexe et avec latex, auteurs du salutaire hit « Le plastique, c’est fantastique », ils ont fait danser la France des plages et des salles obscures avec La caissière de chez Leclerc, et avoué ce qu’ils aimaient chez Daniella, Linda, Brigitte, Caroline ou madame l’infirmière. Mon tout se nichait dans le disque événement « 30 cm » (1990) que l’on se refilait alors sous le manteau dans tous les collèges et lycées. Bilan des courses : des centaines de concerts, des dédicaces jusque sur les seins nus et bronzés, 4 albums studios un live et des compilations écoulés à plus d’un million d’exemplaires. Autres faits d’armes de ces pirates du sable fin, un double disque d’or remis lors d’un Olympia à guichets fermés et la Victoire de la Musique (1991) dans la catégorie « groupe de l’année ».

Joueur d’épuisette façon air guitar, casquette, marcel et short qui baille (qu’il ôte au fil du set pour un slip kangourou …), chaussettes aux couleurs du FC Nantes, l’impérial Manou, au chant, pilote ce combo rock dans lequel surfent Kalou (bassiste aux improbables chemises colorées), Vincent (batteur à la bonne humeur contagieuse), Twistos (guitariste aux éternels bermudas) et Grand Lolo (Guitar héros légendaire et tatoué, tout droit venu de Los Angeles), celui-ci ayant remplacé l’historique Kelu.

C’est après un break d’une petite decennie, qu’Elmer Food Beat a renoué avec la scène en jouant pour les 20 ans du groupe EV à l’Olympic de Nantes (2002) puis à l’ouverture du Zénith de Nantes (fin 2006). Ces acrobates du string et des abdos fessiers, qui se bonifient comme le vin avec le temps, ont ainsi retrouvé des déhanchements, l’énergie et l’électricité de leurs débuts sur la route des planches qu’ils ne cessent de brûler. Avec, en bonus et dans les salles, deux générations de public enchantées !

Les commentaires sont fermés